fb pix /** * @snippet Remove Zoom, Gallery @ Single Product Page * @how-to Watch tutorial @ https://businessbloomer.com/?p=19055 * @sourcecode https://businessbloomer.com/?p=72911 * @author Rodolfo Melogli * @testedwith WooCommerce 3.1.2 */
Sélectionner une page

Le co-travail, ou coworking est une pratique immobilière de bureaux en pleine expansion qui bouleverse les habitudes de travail. La demande s’accentue auprès des travailleurs indépendants, des startups ou des salariés en télétravail. C’est également devenu une source de revenu très rentable pour les fournisseurs de locaux qui savent se démarquer avec une offre de services innovantes.

Importé d’outre-Atlantique, le phénomène connaît un véritable essor.
Retour sur cette révolution des bureaux.

Le coworking contemporain et la révolution numérique

Les espaces de travail partagés existaient déjà au début du 20 siècle à travers les ateliers d’artistes parisiens par exemple. La Ruche d’Alfred Boucher, fondée en 1902 en est l’exemple type. Elle est toujours ouverte et représente à présent 80 ateliers accueillant peintres, sculpteurs, dessinateurs, photographes, musiciens et metteurs en scène.

Coworking la ruche Alfred Boucher

La formalisation du concept dans des centres dédiés au coworking et l’explosion immobilière commencent au début des années 2000 aux États-Unis. Si certains ciblent la naissance de la pratique à Berlin, des lieux comme The Hat Factory de Brad Neuberg en 2005 ou l’Affinity Lab sur la côte Est formalisent les pratiques collaboratives qui donnent lieu aux « hacker houses » et regroupements des pionniers du numérique.

Aujourd’hui, les espaces de coworking sont parfois de vraies communautés de travail où il fait bon entreprendre. Elles mettent aussi en relation des indépendants aux compétences multiples, qui peuvent réaliser des projets communs (marketing, communication, web-développeur, graphistes, consultants, etc.).

La bulle mondiale du coworking gagne la France

Une explosion mondiale

Le succès du télétravail et l’éclosion de l’investissement immobilier dans l’aménagement d’espaces dédiés aux travailleurs est fulgurant. Selon une étude de Deskmag, le nombre d’espaces de coworking officiels disponibles dans le monde a été multiplié par 12 entre 2011 et 2017. L’étude recensait en 2017 près de 14 000 espaces et 1,2 million de personnes dans le monde qui travaillaient dans un espace de coworking (2017 Global Coworking Survey Deskmag).

C’est en 2008 que la France entre dans la bulle avec son premier véritable espace parisien : la Cantine.

La France dans les premiers rangs

L’esprit du « flex-office » et du télétravail dans des espaces de travail officiels, agréables et moins chers se développe très vite à Paris. Ainsi, la ville-lumière est aussi la 3e capitale en nombre d’espaces de co-working et compte dépasser Londres.

Selon l’étude du cabinet Cushman & Wakefield publiée en 2018, il y aurait plus de 700 espaces de co-travail en France. Entre 2017 et 2018, l’étude calcule une augmentation de plus de 40% du nombre de co-workers.

Carte coworking France

Carte du coworking http://coworking-carte.fr/

L’Ile-de-France est pionnière, puisqu’elle compte près de 250 espaces. Selon une infographie réalisée par le consultant en immobilier Arthur Loyd (étude 2017), le nombre d’espaces de travail partagés a décollé de plus de 785% dans la région francilienne en 5 ans, 167% en 2 ans rien qu’à Paris.

Lyon arrive en 2ème position avec bientôt 60 espaces. Et Voilà Ça Marche travaille notamment en partenariat avec Now Coworking  et continue de développer son offre de services auprès des acteurs du marché.

Now Coworking Lyon

Photo : NowCoworking Lyon

D’après une étude du groupe BAP (Bureaux à Partager), 80% des espaces de travail partagés français présentent moins de 500m² de surface, et moins de 10% dépassent 1000m².

Le coworking, un secteur qui évolue

Un business juteux

La pratique du partage des locaux de travail s’est quasiment institutionnalisée via une explosion des transactions immobilières dans ce domaine.

Ce marché prolifique a attiré des mastodontes de l’immobilier, tels que les américains WeWork ou Nextdoor, ce dernier possède plus d’une dizaine de sites de coworking dans la région francilienne. En avril dernier, le groupe de bureaux partagés a par exemple ouvert un nouvel espace à proximité des Champs-Élysées, pour des prix plus économiques que la moyenne à cet endroit.

Dans le marché des espaces de travail, les prix sont variables et diffèrent selon les services offerts par les entreprises qui les gèrent. Les tarifs varient selon la localisation, la taille, le public et le business modèle du promoteur. Certains espaces proposent même parfois de mutualiser certaines fonctions support.

coworking wework copieWeWork, Spaces, Nextdoor, Kwerk, Remix coworking, ces géants du co-travail sont présents dans les principales métropoles françaises au cœur des quartiers prisés. Dans l’ensemble, leurs loyers peuvent aller de 460€ par mois (hors taxe) à plus de 900€. Ces colosses représentent plus de la moitié des postes de coworking (d’après une étude du groupe BAP en 2017).

Des espaces de travail toujours plus insolites

D’autres formes plus originales se sont créées, qui offrent souvent des ressources foncières inespérées à des commerces plus traditionnels. C’est le cas des cafés et des restaurants qui se transforment aux heures creuses en espaces de travail collaboratifs. Cette recette a été développée par Spacious, une startup qui propose aux restaurants américains de se transformer en salles de co-travail lorsqu’ils ne reçoivent pas de clientèle, en général en journée. La société fournit le Wi-Fi, la nourriture du midi pour les co-workers, les prises électriques. Elle reverse la moitié de l’abonnement (100 à 130 $ mensuels) au restaurant.

En France, le coworking devient une source de revenu complémentaire pour les hôtels qui se lancent de plus en plus nombreux dans l’aventure.

D’autres formules ont également émergé, comme ces espaces de coworking directement chez l’habitant ! Les travailleurs et les entreprises peuvent ainsi profiter d’un espace agréable pour effectuer leur mission ou leur réunion d’équipe plus sereinement. La startups Office Riders permet justement de mettre en relation les habitants et les professionnels en quête d’un espace privé atypique et souvent haut de gamme.

Les raisons du succès

Des prix immobiliers compétitifs

La location d’espace pèse lourd dans le budget d’une entreprise, surtout pendant son démarrage. Or, d’après une étude réalisée par Cushman & Wakefield, louer un bureau classique en 2017 en France a un coût moyen global de 12655 €/an charges comprises, par poste de travail.

A titre de comparaison et sans commune mesure, le coût pour un poste de travail dans un espace de coworking se trouve nettement en-dessous avec une économie moyenne estimée à 40%.

En effet, parmi l’offre générale actuelle, le coût moyen d’un poste de travail dans un espace est de 313 € mensuels à Paris, 187€ en province pour les bureaux ouverts, 698€ et 331€ pour des bureaux fermés, ( toujours d’après les chiffres 2017 de l’étude BAP).

Une flexibilité maximale

Now Coworking relax

Photo : NowCoworking Lyon

Le modèle collaboratif permet aussi une grande flexibilité. Nulle obligation de se rendre au bureau ! Chacun gère son temps et sa responsabilité en fonction de sa mission. Les places ne sont pas forcément attitrées, les coworkers s’installent où il le désirent parmi les espaces disponibles. Les bienfaits du changement de poste de travail s’en ressentent par rapport à l’efficacité, la créativité et la santé.

Une dimension communautaire primordiale

Souvent, les coworkers interrogés expliquent qu’ils en avaient assez de la solitude avant de rejoindre un espace de bureaux partagés. Les plus jeunes espèrent ainsi prolonger l’esprit collectif des dernières années d’études. Les plus expérimentés souhaitent conserver ou retrouver une atmosphère de travail moderne et conviviale. C’est important pour se motiver et tenir dans la durée.

Pourquoi choisir le coworking

Le fait de cohabiter avec d’autres professionnels permet de tisser des liens courtois voire amicaux et d’élargir son réseau. Des évènements sont ainsi régulièrement organisés pour faciliter les rencontres et les échanges sur place.

Pour se différencier et attirer les talents, les espaces de coworking développent un esprit communautaire autour d’une thématique particulière. C’est un excellent moyen de créer une identité et un sentiment d’appartenance chez les coworkers.

C’est ainsi que des espaces de travail se spécialisent dans la transition écologique ou numérique en intégrant des profils de candidats et d’entreprises en lien direct avec le sujet. D’autres préfèrent miser sur des valeurs comme le « mieux vivre ensemble » ou « la pluralité des compétences ».

Le coworking, une pratique écologique ?

Un mieux-être au service d’une société plus saine

Certains centres de coworking ont décidé de valoriser la nature et l’écologie à l’extrême pour créer un sentiment de bien être  et faciliter la concentration au bureau. Le Second Home Lisboa en a fait sa thématique principale en créant une véritable jungle au cœur des espaces de travail.

Outre le bien être, ce contexte verdoyant favorise le sentiment d’appartenance autour d’une cause noble. Être en symbiose avec la nature et respecter la planète améliorerait la productivité et la créativité.

Coworking ecologique

Épargner des temps de trajets précieux et polluants

De nombreuses entreprises et collectivités étudient ou facilitent la pratique du télétravail pour leurs propres employés ! Avec la loi El-Khomri, ce recours est encouragé afin d’éviter des temps de trajets aux salariés et de leur accorder plus de flexibilité.

Le télétravail réduit le stress des transports et limite les émissions de Co2. Le développement de cette pratique va certainement permettre le développement de ruches de travail de proximité.

L’avenir du coworking en France

Selon une étude de Regus, les investissements immobiliers dans le coworking représenteront en 2030 près de 123 milliards d’euros de PIB. La bulle semble cependant retombée en région francilienne. L’étude avance également le chiffre de 100 millions d’heures de trajets économisées, soit 7 millions de tonnes d’émissions de Co2 en moins dans l’atmosphère à l’horizon 2030 !

De beaux jours semblent donc s’annoncer pour le coworking.